© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2010. Tous droits réservés

Biennale internationale de Melle 2007 : La sagesse du jardinier

Eau, air, terre : la sagesse du jardinier


Extraits du dossier de presse


"Les activités dévastant l'environnement et les sociétés se poursuivent. Nous sommes aujourd'hui face à un défi qui exige un changement de pensée, pour que l'humanité cesse de menacer le système qui soutient son existence. Il nous est demandé d'assister la Terre pour l'aider à guérir de ses blessures et, ce faisant, les nôtres - et même embrasser la création dans toute sa diversité, sa beauté, ses merveilles. Cela se produira si nous voyons le besoin de faire renaître notre sentiment d'appartenance à une vaste famille de la vie, avec qui nous avons partagé notre processus évolutif."
Wangari Maathai, Prix Nobel de la Paix 2004


«Nous sommes responsables de la totalité des systèmes vivants, exactement comme un jardinier est responsable des espèces dont il a la maîtrise. Au-delà de la métaphore le jardin renvoie à une représentation collective du monde ».

Gilles Clément, paysagiste.


Les artistes : Gilles Clément, Knud Viktor, Erik Samakh, Soussan Ltd, Adel Abessemed, Michael Dans, Ingrid Mwangi, Robert Hutter, Ha Cha Youn, Laurie-Anne Estaque, herman de vries, Pascale Gadon, Franck Gérard, Claude Pauquet , Bertrand Gadenne, Andy Goldsworthy, l'écrivain François Bon, les musiciens Jean-Pierre Courjaud et Dominique Pichon.


Direction artistique: Dominique Truco

Les lieux : Parc de la Maladrerie, Parc de la Bretagne, Château d'Eau, Parc de la Garenne, et beaucoup d'autres lieux...    









Gilles Clément, Les arbres remarquables, série photographique Gilles Clément, dessin du projet Jardin d'eau - Jardin d'orties

Ci-contre : Gilles Clément, Les arbres remarquables, série photographique

Ci-dessous : Gilles Clément, dessin du projet Jardin d'eau - Jardin d'orties


Création pérenne dans le parc de la Maladrerie, rue de la Bretagne


Erik Samakh, Les Eclaireuses, Melle, 2007

Erik Samakh, Les Eclaireuses

20 flûtes solaires bruissent dans le parc de la Bretagne, avenue de Limoges et rue de la Bretagne


Ingrid Mwangi et Robert Hutter, Static Drift


Un immense diptyque de photographies sur la relation Nord-Sud accrochées sur l'un des murs de l'église Saint-Savinien:

Adel Abdessemed, Habibti (Ma chérie)
Installation d'une "vanité" dans l'église Saint-Pierre (il s'agit d'une copie du squelette de sa compagne)


- à gauche: Bright Dark Continent (Eclatant continent noir)
- à droite:
Burn out Country (Pays usé) avec les contours de l'Allemagne représentant l'Europe


Dans Small noise (ci-dessus) comme dans Looping, nichoir géant, (ci-contre) se manifeste à travers la démesure des formes la pensée critique de l’artiste sans dogmatisme. Comme tombée du toit de l'égllise St Pierre, cette arche de Michael Dans invite à la protection de la biodiversité.


Michael Dans, Small Noise - Installation dans l'église Saint-Savinien
Chaque année, une surface de forêts tropicales équivalente à 40 % du territoire français est détruite ou dégradée, principalement pour alimenter l’industrie du bois et du papier, et ainsi finir en menuiserie, en salon de jardin ou en papier. Cela équivaut à un terrain de football (un hectare) détruit toutes les deux secondes ! De ces forêts dépend directement la survie de nombreux peuples indigènes. Les forêts anciennes abritent 80 % de la biodiversité mondiale.
Lorsque ces forêts (qui constituent une énorme réserve en CO2) sont brûlées, le gaz est relâché dans l’atmosphère et aggrave le problème du réchauffement climatique. L’effet de serre intensifie les catastrophes naturelles : inondations, sécheresses, typhons, ouragans se multiplient.
On se souvient en France et en Poitou-Charentes de la tempête qui, fin décembre 1999, a brisé ou déraciné d’ouest en est des centaines de milliers d’arbres.


Small noise de Michael Dans (produit par le Centre international du paysage de Vassivière) renvoie directement au « jeu dangereux » et mal maîtrisé de l’activité humaine mondiale. Ce Mikado géant est un chaos composé de 500 bâtons en bois et acier de 400 cm x 4,5 cm.


Claude Pauquet , après la tempête dans la soirée du 27 décembre 1999 en Poitou-Charentes, a photographié les dégâts faits par le mini raz-de-marée qui a déplacé le parking et son bitume à l'intérieur du Palais des Congrès de la Rochelle.


Ci-contre: Franck Gérard, Création. Photographie allégorique placée sur la façade du Crédit Agricole en centre ville

Ci-dessus : Soussan Ltd, Le Musée des Nuages - Oeuvre pérenne sur le château d'eau.


Archives expositions collectives 2ème semestre 2007

 Biennale internationale de Melle 2007 : La sagesse du jardinier
  Melle, divers lieux - 23.06 - 02.09.2007